Plan du site

LES METHODES GÉOPHYSIQUES ELECTRIQUES

En géophysique, nous utilisons couramment deux méthodes :

Le sondage et traîné électrique

l'électromagnétique.

Nous avons récemment expérimenté la méthode du panneau électrique sur un site de glissement de terrain.

 

LE SONDAGE ELECTRIQUE

Cette méthode consiste à injecter grâce à deux électrodes un courant électrique dans le sol avec une intensité connue. La différence de potentiel induite est mesurée entre deux autres électrodes. On mesure donc une résistivité apparente du sol.

Au fur et à mesure que l'on éloigne les électrodes d'injection, la tranche du sous-sol concernée est de plus en plus importante.

L'interprétation des résultats en couches successives de terrain de résistivité différente se fait sur micro-ordinateur en utilisant un algorithme complexe.

A porter des valeurs de résistivité, et de ses connaissance du contexte géologique local, le géologue construit une coupe géologique interprétative. En effet les terrains argileux et humides sont les plus conducteurs, les terrains secs et rocheux, les plus résistants.

L'avantage de cette méthode est d'être rapide à mettre en oeuvre et de ne nécessiter aucun sondage mécanique.

L'inconvenient est celui de toutes les méthodes géophysiques : le manque de précision et les risques d'erreur d'interprétation.

LE TRAINÉ ÉLECTRIQUE

Avec le même matériel, si l'on se fixe un espacement des électrodes constant et que l'on déplace l'appareil et les électrodes selon une maille de points, on réalisera un "traîné électrique" qui permet de caractériser une zone pour une profondeur à peu prés constante.


LA METHODE ELECTROMAGNÉTIQUE

Cette méthode d'usage proche du traîné électrique décrit ci-dessus, est basée sur l'induction par une bobine d'un champs électromagnétique dans le sol. Une autre bobine joue le rôle de récepteur.

Chaque bobine est placée à l'extrémité d'un bras porté horizontalement. Comme en électrique classique, on mesure une résistivité du sol sur une tranche à peu près fixe (environ 6 m).

L'appareil étant porté sans aucun contact avec le sol (ici plus d'électrodes à planter), la progression est rapide d'autant plus que l'appareil est doté d'un module d'enregistrement des mesures qui évite de prendre des notes.

Un logiciel spécialisé permettra de tracer des courbes d'iso-résistivité, comme ci-dessus où la grilles de mesure comporte plus de 1000 points, mettant en évidence les zones de forte résistivité (vert : graves, rocher sub-affleurant) et de faible résistivité (rouge : argiles).


 
LE PANNEAU ÉLECTRIQUE
 
Il s'agit en fait d'une série serrée de sondages électriques obtenue par permutation d'un grand nombre d'électrodes (ici 128 espacées de 5 m les unes des autres).
Les permutations qui seraient fastidieuses et hazardeuses à la main sont réalisées par un ordinateur (syteme LUND et TERRAMETER).
 
 
 
 
Expérimentée sur un grand glissement de terrain alpin, elle a permis de mettre en évidence d'une part la position d'un substratum marneux (molasse miocène) et, ce qui est plus intéressant, la présence emballés dans la masse glissée, d'éboulis qui jouent le rôle de drains et alimentent en eau l'aval du glissement qui tend aujourd'hui à se réactiver. La coupe présentée ci-dessus a été établie en travers du glissement.
 

 

ALPES-GÉO-CONSEIL Saint Philibert, 73670 ST. PIERRE D'ENTREMONT

tel : 04 76 88 64 25 fax : 04 76 88 66 12 btalour @ alpesgeoconseil.com